Connexion

Communes CCVG

Réglementation

Prix de l'eau

Liens web

Analyses eau potable

Le coin des enfants

Compte rendu AG 2015

Compte rendu de la

XXème assemblée générale

Salle des fêtes de La Farlède le vendredi

6 mars 2015 - 18 heures

 

LE BILAN

            Les factures d’eau

            La 20ième AG s’est tenue le 6 mars à la Farlède. A l’ordre du jour : palmarès annuel du prix de l’eau dans le canton et au-delà. Les tarifs en 2014 sont restés stables et à l’exception de la Crau, au-dessous de la moyenne nationale. A noter que les élus Craurois ont renégocié leur contrat d’eau avec à la clef une baisse de 9 %.

Les eaux parasites : un problème de compétences

Le volume excédentaire (d’eau usées /eau de pluie) arrivant à la station d’épuration intercommunale (step) de la Crau est un problème récurrent connu depuis 1999 qui provoque un supplément de charges pour l’exploitation et une hausse des coûts pour l’usager

Cette année le volume 1.168.375 m3, représente près du tiers du volume entrant ce qui est énorme. La step est de la compétence de la CCVG mais les réseaux des eaux usées sont de la compétence des communes. Des études diagnostic ont déjà été financées par la CCVG à deux reprises, des travaux programmés au niveau communal dont le contrôle échappe à la compétence de la CCVG. L’association juge incohérente ce mode de gestion et réclame d’urgence la mutualisation du service d’assainissement collectif en un service unique.

Les nouveaux contrats farlédois : quelle légitimité ?

L’attribution des marchés de l’eau et de l’assainissement ne répond pas aux conditions prévues pour toute délégation de services publics qui prévoit une « mise en concurrence libre et non faussée ». Comme en 2013, un seul candidat (en place déjà depuis 31 ans). Résultat -7% sur le prix de l’eau et -3% sur celui de l’assainissement. Sans garantie que l’indexation Véolia ne rattrape en quelques trimestres la baisse consentie…

Pour Barrage en l’absence de concurrence, la gestion publique reste le seul recours…

Bilan de 20 années de luttes : obstination et fierté

Si l’association de défense n’a pas réussi à convaincre les maires d’un retour en gestion publique, elle aura largement contribué à réduire l’écart des tarifs entre les communes de la CCVG, pour mémoire en 1997 prix de l’eau à Belgentier :  2,50 f/m3 pour un m3 à 8,09f à Solliès-Ville. En 2014  respectivement 2,97 €/m3 et 3,16 €/m3 ce qui prouve bien que ce n’est pas la rareté de la ressource en eau qui détermine son coût, mais sa gestion.

L’indexation inflationniste Véolia a également été lissée au cours des renégociations passant de 4,50% en moyenne à environ 2% en 2014

Enfin Barrage se félicite d’avoir convaincu les maires à rééquilibrer la part communale dans les factures des usagers au détriment de la part Véolia trop longtemps abusive.

Ces résultats concrets rendent parfaitement réalisable la mutualisation des contrats que préconise L’association depuis 20ans…

Rapport moral : une guerre d’usure…

Acteur indiscutable, Barrage regrette les relations unilatérales avec les élus. Si la communication de documents publics fonctionne bien, les commissions consultatives des usagers ne sont pas réunies. En période de négociation l’association n’est pas officiellement associée même si son travail d’analyse et de suivi des dossiers régulièrement adressés aux élus est reconnu. Patience et obstination s’imposent face aux élus pour qui le prix de l’eau n’est pas une priorité.